Du 08 au 25 Nov.
De formation d’ingénieur, Benoît Huerre a travaillé dans l’automobile jusqu’en 2001. Il peignait depuis 1993, à titre de loisirs. Handicapé suite à un AVC, la peinture l’occupe désormais à temps plein. Les tableaux de Benoît…

Prochaines dates

Expositions
et Chambres d'Art

PARAGONE

GALERIE D'ART ET D'AUJOURD'HUI

Accueil » Annie Haquette

Annie Haquette

La passion d’Annie s’est épanouie en intégrant le monde de l’Art dans les années 90. Comme elle ne fait pas les choses à moitié, elle est allée aux beaux-arts de Tournai, de Douai, aux ateliers d’arts plastiques de Lille, a repris des études d’Histoire de l’art, a été élève de François Oliver, sculpteur, pendant de nombreuses années…
Aujourd’hui, elle s’adonne entièrement à ses passions : la création en peinture, sculpture et céramique. Annie aime travailler la matière, rendre vie à des choses abandonnées : le thème de la vie est primordial. Un besoin de poésie et de liberté sont l’expression de sa pensée. Nordiste d’origine, elle n’est pas arrivée chez Paragone par hasard… Elle nous dévoile son parcours.

Le déclic ?
Bien qu’Annie ait démarré sa vie professionnelle autrement, sa passion a pris le dessus dans les années 90. « L’art est un besoin viscéral, une nécessité intérieure, un besoin vital pour moi ». Elle continue par ailleurs à expérimenter régulièrement, en recherche d’éléments nouveaux pour aller plus loin dans sa création.

La technique ?
Comme Annie pratique plusieurs disciplines, elle utilise plusieurs techniques.
Il y a par exemple la technique japonaise des GYOTAKUS qui consiste à réaliser des empreintes de poissons crus sur du papier extrêmement fin puis les retravailler pour les faire entrer dans son univers. Univers fait de poissons mais également de dérapages d’empreintes d’algues, de coquillages, de poulpes…
Lorsqu’elle peint elle aime associer à son travail des matières tels du papier, du sable, de l’aluminium… Elle réalise des terres cuites, ou des céramiques à partir de moulages avec la technique du RAKU (après une première cuisson, les pièces sont émaillées, puis mises une deuxième fois en four à raku, enfumées, refroidies brutalement dans l’eau.).

Son crédo ?
Ayant étudié l’Histoire de l’Art, Annie aime travailler sur les symboles. Elle y est sensible. Elle évoque le fait que « tout commence par l’eau et dans l’eau », que les harengs sont « un symbole de vie depuis la préhistoire », que les papillons sont « un clin d’œil au passage d’un monde à un autre »… Ses œuvres sont souvent le reflet de la vie et de la renaissance. Dans ses créations, il y a une idée de mouvance, de spirale du temps.

Et pourquoi Paragone ?
Annie a déjà exposé sur la côte à Berck, Etaples, Dunkerque… Elle était aux côtés de Jean-Paul Souvraz lors d’une édition de l’Aréoport. Aujourd’hui, elle est ravie de pouvoir exposer à Bergues. Elle a croisé Christophe Detammaecker lors de son parcours d’artiste. Lorsqu’il lui a proposé d’exposer chez Paragone, elle n’a pas hésité. Elle qui aime tant partager sa passion des harengs aux habitants se situant près des côtes… et qui plus est à proximité de Dunkerque, la ville du hareng roi !